Foucault News

News and resources on French thinker Michel Foucault (1926-1984)

Orazio Irrera, La raison nègre et le corps d’extraction. Esprit, n. 450, décembre 2018, pp. 100-105.

En combinant le schéma marxiste de l’accumulation primitive et la biopolitique foucaldienne, Achille Mbembe propose une généalogie du sujet de race comme « corps d’extraction ».

Un des aspects les plus remarquables du projet annoncé par un ouvrage comme Critique de la raison nègre est la tentative de mettre en place un cadre conceptuel et historique large et cohérent aboutissant sur une généalogie du lien de sujétion raciale qui charpente notre modernité. Ipso facto, il serait trop restrictif de qualifier cette modernité d’européenne ou d’occidentale, et il conviendrait plutôt de la désigner comme globale, tout comme l’a été l’entreprise coloniale et impériale des puissances européennes, qui ont justement investi l’espace à une échelle transcontinentale[1].

Mais, à la différence d’Edward Said[2], qui considérait davantage l’orientalisme comme une sorte de matrice des rapports coloniaux et raciaux de pouvoir, l’angle d’attaque de Mbembe est plutôt ancré sur ce qu’il appelle la raison nègre, qui fait de l’Afrique le site géographique et géopolitique où puise son entreprise critique. C’est à partir de là que cette généalogie de la fabrication de sujets de race se précise dans toute sa spécificité historique, en se proposant de relier principalement trois moments majeurs : l’esclavage alimenté par la traite atlantique qui trouve dans l’espace de la plantation son foyer d’expérience privilégié ; la colonie, où l’assujettissement racial se remodèle en fonction de la mise en place d’institutions et de techniques de gouvernement liées à la constitution des grands empires coloniaux ; et enfin, l’apartheid, où les formes de ségrégation raciale amènent à une intensification ultérieure de l’expérience de soi comme sujet de race. Néanmoins, comme le point de départ de toute généalogie est toujours fixé dans et par le présent, la démarche généalogique de Mbembe s’organise autour du diagnostic d’un présent global marqué par ce qu’il qualifie de «devenir nègre du monde», qui se présente comme l’issue à la fois «de la planétarisation des marchés, de la privatisation du monde sous l’égide du néolibéralisme et de l’intégration croissante de l’économie financière, du complexe militaire post-impérial et des technologies électroniques et digitales [3]».

Orazio Irrera

\Maitre de conférences en philosophie de l’Université Paris 8, Orazio Irrera a récemment dirigé, avec Salva Vaccaro, La Pensée politique de Foucault (Kimé, 2017).
suite

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: