Foucault News

News and resources on French thinker Michel Foucault (1926-1984)

de Bilbao Fabienne, « Le diagnostic comme symptôme », Cliniques méditerranéennes, 2019/2 (n° 100), p. 103-115.
DOI : 10.3917/cm.100.0103

La maladie d’Alzheimer est une maladie organique : tel est le dogme positiviste actuellement dominant. Cependant, le manque de fiabilité du diagnostic et les échecs répétés à trouver des traitements efficaces incitent à remettre en question l’hégémonie de ce dogme. Ceci est d’autant plus urgent qu’un dépistage de masse s’organise pour poser des diagnostics de plus en plus précocement. Ici, l’hypocrisie serait de se dire que c’est toujours pour le bien du patient qu’il est diagnostiqué. En accord avec la thèse foucaldienne sur la circularité propre au savoir et au pouvoir, le diagnostic, comme pratique discursive, constitue l’exercice d’un pouvoir qui produit des effets cliniques. Ces effets participent à la constitution d’un savoir qui renforce en retour ce pouvoir. Un discours qui créerait les conditions favorables à faire exister ce qu’il affirme. Sous couvert d’une rationalité emprunte de moralité, ce savoir-pouvoir, dont on devine l’impact mortifère, revêt des allures de sacrifice : celui du sujet inconscient. Il serait un partenaire actif du refoulement. C’est à ce titre que nous envisagerons l’acte diagnostic comme le symptôme du clinicien.

One thought on “Le diagnostic comme symptôme (2019)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: