Foucault News

News and resources on French thinker Michel Foucault (1926-1984)

Philippe Chevallier (2011) Michel Foucault et le christianisme, ENS Éditions ISBN-10 2-84788-325-8 ISBN-13 978-2-84788-325-1 ISSN 1765-8128

pdf flyer

Résumé
Des premiers rites baptismaux à la confession moderne, les références au christianisme sont constantes dans l’œuvre de Michel Foucault. Cette constance s’inscrit dans un questionnement philosophique plus large sur notre actualité : comprendre le rapport que nous avons aujourd’hui à nous-mêmes demande de s’interroger sur les actes de vérité que l’Occident a instaurés depuis les premiers siècles chrétiens. Que faut-il dire et manifester de soi pour être transformé dans son être, pardonné, sauvé, jugé ou guéri ? Ce livre propose une étude critique de l’ensemble des lectures chrétiennes de Foucault, avec une attention particulière portée au cours Du gouvernement des vivants (1979-1980). Ni chronologique ni thématique, le parcours suivi espère retrouver la logique d’un travail à la fois philosophique et historique : quand et comment le christianisme a-t-il été constitué par Foucault en objet de recherche, avec quelles pratiques de lecture et quelles conséquences sur l’interprétation ? Attentif aux mots plus qu’aux choses, le philosophe repère les glissements sémantiques successifs qui annoncent, entre le iie et le ive siècle de notre ère, le passage du monde antique à un univers inédit : celui de la perfection impossible et des fidélités difficiles. Loin de l’image facile d’un christianisme ascétique et intransigeant, Foucault définit l’originalité chrétienne comme la reconnaissance et l’institution paradoxale d’un rapport précaire à la vérité.

Philippe Chevallier est docteur en philosophie de l’université Paris-Est. Il a récemment publié Être soi, Actualité de Søren Kierkegaard (François Bourin, 2011). Il travaille actuellement à la Bibliothèque nationale de France.

INTRODUCTION
MICHEL FOUCAULT : BIBLIOGRAPHIE

PREMIERE PARTIE : LE CHRISTIANISME COMME OBJET HISTORIQUE, UNE QUESTION DE METHODE

Chapitre un. Définition du modèle stratégique
Usage des concepts dans l’historiographie de Michel Foucault
La stratégie comme connexion de l’hétérogène
Les « formes de rationalité » sont-elles des idéalités ?

Chapitre deux. Le christianisme au risque de l’analyse stratégique
Le christianisme éclaté : 1973-1977
Le christianisme comme « gouvernementalité » : 1978
Un nouveau regard sur les institutions politiques : Église et État • Pastorat chrétien et marxisme : un miroir déformant ? • Évaluation critique de l’histoire pastorale
Le christianisme comme « régime de vérité » : 1980
Origine et mutation de la notion de « régime de vérité » • Postérité de la notion de « régimes de vérité » : vers l’éthique ? • Une double réduction de l’objet « christianisme »

Chapitre trois. Foucault et l’historiographie de l’Antiquité tardive

DEUXIEME PARTIE : UNE LECTURE SINGULIERE DES PERES

Chapitre quatre. Le christianisme dans le texte
Limites de la première histoire de l’aveu (1974-1978)
Spécificité de la forme religieuse de l’aveu • La confession est-elle une pratique coercitive ? • Les manuels des confesseurs comme pratique discursive
Le retour au texte : le virage de 1980
Abandon du principe d’exemplarité • Quoi de neuf ? Œdipe • Du fils Œdipe aux Pères chrétiens : radicalisation d’une lecture

Chapitre cinq. Conséquence sur l’usage des textes : lire et traduire les Pères
Lire : des choix classiques
Traduire : Foucault, traducteur sourcier
Citer : la citation comme pratique de lexicalisation

Chapitre six. Vers une « anarchéologie » du christianisme

TROISIEME PARTIE : UNE INTERPRETATION DU CHRISTIANISME COMME VOIE MOYENNE

Chapitre sept. Le christianisme comme Orient perdu
Tragédie de l’homme occidental
Une expérience d’abord littéraire
L’expérience de la transgression : Georges Bataille • L’être du langage, l’être : Roger Laporte, Maurice Blanchot • L’Orient, tentation originelle du christianisme : Pierre Klossowski, Gustave Flaubert
Le retour de la métaphysique

Chapitre huit. La relève d’un temps précaire
Premières hypothèses sur la différence chrétienne
La différence entre le moine et le pénitent
Les techniques de soi chrétiennes dans le monachisme • Les techniques de soi chrétiennes avant le monachisme • Pourquoi le laïc ne peut être gouverné comme le moine
La différence entre le salut et la perfection

CONCLUSION

Appendice : possibilité de compléter l’histoire stratégique du christianisme

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: